Caractéristiques cliniques de l’alpha-mannosidose1

L’apparition et le type de symptômes dépendent de la gravité de la maladie. Les principales caractéristiques cliniques de l’alpha-mannosidose sont décrites ci-dessous.

Principales caractéristiques de l’alpha-mannosidose2

Malattia di Hurler

Caractéristiques du visage

Différents traits du visage sont caractéristiques de l’alpha-mannosidose. Les effets sur le visage peuvent être si légers qu’un observateur inexpérimenté pourrait même ne pas les relever5B. Toutefois, quelle que soit leur race et leur bagage génétique, tous les patients présenteront des caractéristiques proches de celles de la maladie de Hurler. En général, la tête est grande et le front est proéminent, les sourcils sont arrondis, la voûte nasale est aplatie, le patient présente une macroglossie, des dents espacées et un prognathisme. Le cou des patients est généralement court6C. En fonction de la gravité, certains patients peuvent développer une hydrocéphalie durant la première année de vie7C.

Description

En général, la tête est grande et le front est proéminent, les sourcils sont arrondis, la voûte nasale est aplatie, le patient présente une macroglossie, des dents espacées et un prognathisme2B Le cou des patients est généralement court.


Remarques

Les effets sur le visage peuvent être faibles et difficiles à distinguer2B

Anomalie Scheletriche

Anomalies squelettiques

L’atteinte osseuse va de l’ostéopénie asymptomatique à des lésions focalisées ou sclérotiques et à l’ostéonécrose8B. Des signes cliniques ou radiographiques de dysostose multiple de légère à modérée sont présents chez 90% des patients. Des rayons X traditionnels peuvent révéler une voûte crânienne plus épaisse, une configuration ovoïdale, une déformation plate et crochue des corps vertébraux, l’hypoplasie des parties inférieures de l’ilion, une légère extension des os ronds courts des mains. Les anomalies les plus fréquentes sont la scoliose et la déformation du sternum, qui sont présentes dès la naissance9B. Le genu valgum (genou cagneux) est également courant et contribue aux troubles de la posture. Comme dans la complication semblable de la maladie de Gaucher, le genu valgum peut être traité par une arthrodèse de l’épiphyse en bas âge, avant que l’alignement épiphysaire du genou ne soit terminé10B. Avec le temps, les survivants à long terme de la maladie, de la seconde à la quatrième décennie de vie, peuvent développer une polyarthropathie destructive, en particulier la coxarthrose et la gonarthrose8B. Une grande partie des anomalies squelettiques sont si graves qu’elles nécessitent une intervention de correction orthopédique.

Description

Les anomalies les plus fréquentes sont la scoliose et la déformation du sternum2C


Remarques

Des signes cliniques ou radiographiques de dysostose multiple de légère à modérée sont présents chez 90% des patients2C De la seconde à la quatrième décennie de vie, ils peuvent développer une polyarthropathie destructive, en particulier la coxarthrose et la gonarthrose3C

Perte de l’audition

La plupart des individus voient apparaître les premiers symptômes pendant leur enfance8B. De plus, une perte de l’audition de modérée à grave semble inévitable. Chez de nombreux individus, voire la plupart, la perte de l’audition est partiellement de conduction et partiellement neurosensorielle9B. Le déficit de l’audition est régulièrement aggravé par des otites ou l’accumulation de fluide dans l’oreille moyenne, ce qui ajoute une composante mécanique à la dégradation de l’audition. Si cela n’est pas traité durant l’enfance, la réduction de l’audition contribue à la survenue de troubles de l’élocution et des fonctions mentales10B.

Description

La perte de l’audition neurosensorielle de modérée à grave est inévitable2D


Remarques

Elle est régulièrement aggravée par des otites ou l’accumulation de fluide dans l’oreille moyenne, ce qui ajoute une composante mécanique au déficit de l’audition2D

Changements oculaires

L’hypermétropie, la myopie ou un léger strabisme sont considérés comme des symptômes courants14B. Les changements de lentille, l’opacité de la surface de la cornée et des disques flous sont rares, mais cela existe14B. La plupart des effets ophtalmologiques peuvent être corrigés.

Description

Un léger strabisme est courant2E


Remarques

L’hypermétropie est plus fréquente que la myopie2E

Troubles mentaux

Retard mental

Au début, le développement psychomoteur peut être normal, mais le retard intellectuel est présent chez tous les individus15B. Les personnes chez qui la maladie survient à l’âge adulte ont généralement un retard intellectuel de léger à modéré, avec un QI de 60-80. Chez de nombreux patients, le premier symptôme est souvent le retard du développement du langage, des fonctions motrices ou mentales, avec une tendance à la baisse durant les décennies suivantes16B. La mesure des capacités mentales totales est complexe, et il est apparu que les patients ont tendance à obtenir de meilleurs résultats dans les tests non verbaux16B. Les individus commencent à parler tard (parfois durant la deuxième décennie de la vie)16X, leur vocabulaire est restreint et leur prononciation est difficile à comprendre, ce qui peut être la conséquence de la perte de l’audition héréditaire et/ou tardive.

Description

Presque tous les patients affichent un certain degré de retard mental4F Retard du développement du langage2F


Remarques

Le premier symptôme peut être le retard du développement du langage, des capacités motrices ou mentales4F Tous les patients présentent généralement un retard mental léger à modéré, avec une tendance à la baisse durant les décennies suivantes2F Changements considérables de la progression clinique3F


Symptômes psychiatriques

Les symptômes psychiatriques se distinguent du déficit intellectuel, et ils peuvent toucher 25% ou plus des personnes atteintes d’alpha-mannosidose17B. L’apparition se manifeste généralement entre la fin de la puberté et le début de l’adolescence. Chez les patients atteints de retard mental, les symptômes psychiatriques font partie d’un cadre clinique plus large qui présente des signes neurologiques systémiques, cognitifs ou moteurs. Il peut comprendre des crises aiguës et récurrentes de confusion, parfois accompagnées d’anxiété, de dépression ou d’hallucinations18B. Les périodes de psychose durent généralement de 3 à 12 semaines et sont suivies d’une longue période d’hypersomnie, elles peuvent être accompagnées d’une perte de certaines capacités, comme la difficulté de parler ou l’incapacité de lire19B. Les causes organiques des symptômes psychiatriques ne sont pas claires19B.

Description

Symptômes psychiatriques présents chez plus de 25% des patients, en général chez les adolescents ou les jeunes adultes2H


Remarques

Ils font partie d’un cadre clinique plus vaste qui compte des signes neurologiques systémiques, cognitifs ou moteurs2H Ils peuvent se manifester par des crises aiguës ou récurrentes de confusion, parfois accompagnées d’anxiété, de dépression ou d’hallucinations2H Les périodes de psychose durent généralement de 3 à 12 semaines, elles sont suivies d’une longue période d’hypersomnie et parfois de la perte de certaines capacités2H


Troubles des fonctions motrices

L’ataxie est le trouble moteur le plus caractéristique et spécifique20B. Le développement des fonctions motrices des patients affectés est généralement lent et les enfants semblent maladroits21B. Cela est dû à un ensemble de facteurs, notamment la faiblesse musculaire, les anomalies des articulations et l’ataxie provoquée par l’atrophie cérébrale et la démyélinisation cérébrale. Les enfants apprennent donc à marcher un peu plus tard que la normale22B. Outre les anomalies des articulations et la myopathie métabolique, la maladie touche les régions du cerveau qui sont responsables de la motricité fine et de la coordination musculaire23B. L’hypotonie musculaire est fréquente. La paraplégie spastique a également été décrite, mais en général la rigidité spastique et la dyskinésie ne sont pas présentes. La diminution de la fonction motrice est progressive par nature, avec une aggravation progressive durant la deuxième et la troisième décennies de la vie24B. Toutefois, la progression clinique peut varier considérablement.

Description

Le développement de la motricité est généralement lent2G


Remarques

Maladresse due à la faiblesse musculaire, anomalies des articulations, ataxie due à l’atrophie cérébrale et démyélinisation cérébrale2G La perte est progressive et l’aggravation est graduelle durant la deuxième et la troisième décennies2G

Immunodéficience et auto-immunité

Les patients atteints d’alpha-mannosidose sont sujets à des infections récurrentes, notamment durant la première décennie de la vie25B. L’analyse du fonctionnement de l’immunité humorale et de l’immunité cellulaire a affiché un niveau d’anticorps post-immunisation inférieur chez les patients atteints d’alpha-mannosidose, et donc une capacité réduite à produire des anticorps spécifiques après la présentation de l’antigène. Bien que les infections provoquent des mécanismes de compensation dans les leucocytes afin d’améliorer la phagocytose, ces mécanismes ne sont pas adaptés car la maladie engendre des agents qui bloquent les phagocytes du sérum ou l’absence d’anticorps spécifiques 26B. De plus, les capacités d’élimination intracellulaire des leucocytes sont réduites, ce qui peut provoquer des infections bactériennes dont les conséquences sont souvent graves26B. Avec l’alpha-mannosidose, le taux d’oligosaccharides du plasma est plus élevé27B. Les oligomannosides à cinq ou six résidus de mannose se lient aux récepteurs d’interleukin-2 (IL-2) et modifient les réponses qui dépendent de l’IL-2. L’IL-2 activant les cellules T-, B- et NK, nous pouvons supposer que le blocage de ce récepteur est responsable de l’immunodéficience des patients atteints d’alpha-mannosidose.

Description

Les patients sont sujets à des infections fréquentes, notamment durant la première décennie de la vie2I


Remarques

Le blocage du récepteur IL-2 peut survenir2I

Complications rénales et cardiaques

Les complications cardiaques et rénales sont rares28B. L’insuffisance rénale en phase terminale a été rapportée dans un seul cas, qui avait été géré par une greffe de rein29. Dans les descriptions de certains cas, un souffle du cœur a été relevé, mais aucune maladie cardiaque évidente n’a été relevée28B.

  1. Beck M Olsen KJ, Wraith JE et al. Natural history of alpha-mannosidosis: a longitudinal study. Orphanet J Rare Dis 2013;8:88
  2. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21
  3. Malm D, et al. The natural course and complications of alpha-mannosidosis—a retrospective and descriptive study. J Inherit Metab Dis. 2014 Jan;37(1):79-82.
  4. Malm D, Nilssen O. Alpha-Mannosidosis. NCBI. Available at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1396/
  5. Malm D, Nilssen O. Alpha-Mannosidosis. NCBI. Available at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1396/
  6. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21
  7. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21
  8. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21
  9. Malm D, Nilssen O. Alpha-Mannosidosis. NCBI. Available at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1396/
  10. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21
  11. Malm D, Nilssen O. Alpha-Mannosidosis. NCBI. Available at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1396/.
  12. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21
  13. Malm D, Nilssen O. Alpha-Mannosidosis. NCBI. Available at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1396/.
  14. Malm D, Nilssen O. Alpha-Mannosidosis. NCBI. Available at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1396/
  15. Malm D, Nilssen O. Alpha-Mannosidosis. NCBI. Available at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1396/.
  16. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21
  17. Malm D, Nilssen O. Alpha-Mannosidosis. NCBI. Available at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1396/.
  18. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21
  19. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21
  20. Malm D, Nilssen O. Alpha-Mannosidosis. NCBI. Available at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1396/.
  21. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21
  22. Malm D, Nilssen O. Alpha-Mannosidosis. NCBI. Available at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1396/.
  23. Malm D, Nilssen O. Alpha-Mannosidosis. NCBI. Available at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1396/.
  24. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21
  25. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21
  26. Malm D, Nilssen O. Alpha-Mannosidosis. NCBI. Available at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1396/.
  27. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21
  28. Malm D, Nilssen O. Alpha-Mannosidosis. NCBI. Available at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1396/
  29. Malm D, Nilssen O. Alpha-mannosidosis. Orphanet J Rare Dis 2008;3:21

Les informations figurant sur ce site web sont uniquement destinées à fournir des connaissances sur les thématiques de santé liées à l’alpha-mannosidose. Ces informations ne doivent pas remplacer les conseils de votre médecin généraliste ou d’un autre professionnel de santé. En cas de doute, veuillez contacter votre médecin pour obtenir des conseils. Ce site web a été réalisé par Chiesi Pharmaceuticals. Il a été développé conformément aux normes industrielles et juridiques afin de fournir des informations aux professionnels de santé et au grand public sur des thématiques de santé liées à l’alpha-mannosidose. Chiesi Pharmaceuticals fait tout son possible pour inclure des informations précises et actuelles. Toutefois, les informations fournies sur ce site ne sont pas exhaustives.